Par - -

Il est coutume d’offrir une bague solitaire pour la demande en mariage et les fiançailles. Néanmoins, nous sommes nombreux à ne pas connaître l’origine de cette tradition et la signification de cette bague de fiançailles. Nous suivons les rituels transmis par nos aînés et faisons nos choix selon nos envies, cette bague montée avec un solitaire porte toutefois en elle toute une histoire et une symbolique qui datent de plusieurs décennies. Découvrons-les ensemble !

Solitaire et bague de fiançailles : l’histoire remonte à l’époque romaine

Au fil des années, le solitaire est devenu un accessoire de mode comme un autre. Indémodable, il plaît toujours et c’est pourquoi les bijoutiers ont diversifié leurs offres, les proposant avec des designs plus fantaisistes. Pour compléter leur look, les modeuses ont ainsi un large choix de bagues avec diamant monté en solitaire. La bijouterie Trabbia Vuillermoz les propose par exemple en or jaune et en or blanc, avec des pierres précieuses ou semi-précieuses, sous forme de solitaire, de solitaire accompagné, la trilogie ou le halo. Néanmoins, avant d’être un accessoire de mode, le solitaire a d’abord été, et le reste aujourd’hui, un symbole d’amour éternel. Offert à sa conjointe, il représente le lien et l’attachement à celle-ci. Mais d’où nous vient ce rituel ?

À dire vrai, il est apparu au temps de la Rome antique. Les Romains avaient alors pour coutume d’offrir une bague aux femmes avec qui ils souhaitaient s’engager afin de prouver leur attachement et leur envie de se lier à vie avec elles. À cette époque, on offrait plutôt un anneau en fer pour la demande. Pourquoi un anneau ? Parce que sa forme ronde donnait l’idée d’une continuité. Il symbolise ainsi l’amour sans fin.

Depuis, offrir un anneau en fer devint une pratique courante jusqu’à la fin du XVe siècle, où les solitaires sertis de diamants ont fait leur apparition. Le diamant symbolisait alors l’amour et l’admiration portés à l’égard de l’être aimé (la femme). Cette tradition a quelque peu changé pendant la Renaissance, où on a vu apparaître les bagues de fiançailles serties de plusieurs diamants. L’idée reste toutefois la même, il faut une bague en diamant pour symboliser l’amour et l’engagement à vie.

Faut-il nécessairement un solitaire en diamant pour les fiançailles ?

Bien que la tradition relative à la bague de fiançailles ait connu quelques changements au fil des années, le concept de diamant unique demeure jusqu’à aujourd’hui. Le diamant confère en effet une symbolique amoureuse. Néanmoins, cette symbolique de la bague de fiançailles se trouve moins dans le diamant que dans l’anneau lui-même. Le diamant relève en effet d’un choix devenu par la suite une tendance et une tradition. Ce solitaire en diamant a d’ailleurs fait son apparition en 1475, pendant les noces de Costanzo Sforza. Celui-ci choisit alors une bague sertie d’un diamant pour demander la main de celle qui deviendra son épouse, Camille d’Aragon. En 1477, l’archiduc Maximilien de Habsbourg fait le même choix pour son union avec Marie de Bourgogne. Depuis, le diamant est devenu un symbole de l’amour universellement reconnu.

Cette notion symbolique a été renforcée par les campagnes marketing menées par la société minière De Beers. Alors que celle-ci venait de découvrir une mine de diamants en Afrique, les impacts de la crise de 1929 mettaient ses ventes à mal. Dans ses campagnes publicitaires, l’entreprise met donc en avant l’idée que le diamant est la meilleure chose qu’un homme puisse donner à une femme. Pour soutenir cette idée, les agences publicitaires n’hésitent pas à mettre en relief les caractéristiques éternelles du diamant (parce qu’un diamant ne s’abîme pas). Avec une campagne marketing intelligente et un glissement de sens réussi, de joyau rare et précieux le diamant devient donc le parfait symbole de l’amour éternel. Ce qui explique son choix idéal pour la bague de fiançailles et le mariage.

Les alternatives au solitaire en diamant

Entre tradition et tendance, le choix de la bague de fiançailles peut soulever beaucoup de questions. Néanmoins, ce choix reste personnel. Il appartient donc à chacun de trouver la bague idéale pour prouver l’amour qu’il a envers sa moitié.

En ce sens, certains futurs mariés choisissent désormais d’offrir un solitaire accompagné. Il s’agit d’une bague accompagnée, non plus d’un seul diamant, mais de plusieurs qui gravitent autour du diamant principal. D’autres vont en revanche opter pour le saphir, l’émeraude ou le rubis à la place du diamant. Par ailleurs, avec sa remontée dans les tendances, la bague solitaire se présente également en version plus fantaisiste avec des pierres semi-précieuses (tourmaline, améthyste, aigue-marine, etc.). Ces pierres semi-précieuses peuvent également s’utiliser en bague de fiançailles. D’autant qu’elles restent très chics.

Il est en outre important de penser d’ores et déjà à l’alliance pendant le choix de la bague de fiançailles. Les deux doivent mettre en avant le même style, pour garder un côté soigné et élégant. Dans tous les cas, pour la cérémonie de remise des anneaux, pensez à la manucure pour mettre en valeur votre bague !

Or ou argent pour une bague de fiançailles ?

L’importance du mariage fait que le choix se porte souvent sur des matériaux précieux pour la bague de fiançailles. D’où les préférences pour l’or. À la place du traditionnel or jaune, on peut néanmoins opter pour l’or blanc ou l’or rose. Chacun d’eux va mettre en avant un style élégant et distingué.

Certaines femmes apprécient également l’argent pour sa clarté et sa luminosité. Mais contrairement à l’or, l’argent est plus mou et peut être rayé facilement. Il va également avoir cette tendance à noircir si la personne qui le porte a la peau acide. L’or blanc peut ainsi constituer une bonne alternative pour ses propriétés inoxydables.

Bague de fiançailles : main droite ou main gauche ?

Dans plusieurs pays, la bague de fiançailles se porte à l’annulaire gauche. Cette tradition trouve son origine dans l’Égypte antique. En effet, la croyance égyptienne pensait qu’il existait une seule veine qui reliait directement le corps et le cœur. Cette veine partait de l’annulaire gauche. Tout naturellement, le port de la bague de fiançailles s’est imposé au niveau de ce doigt. Cette tradition perdure jusqu’à aujourd’hui, où nous continuons de porter notre bague à l’annulaire gauche malgré la science qui peut nous infirmer cette théorie.

La pratique est toutefois différente selon les régions, les religions et la culture qui en découle. Aussi, dans certains pays comme le Brésil, le Liban ou la Turquie, les jeunes femmes portent leur bague de fiançailles à la main droite avant le mariage. Elle va passer à la main gauche après les noces.